Etape 10 (mercredi 14 janvier) : En direct du Dakar15/01/2015 - 11:02

712 Vues
Etape 10 : Calama - Salta 14 janvier 2015

Le réveil a été à l’image du coucher : dans la poussière, le vent et le froid à 4 heures du matin. Autant dire que nos vêtements ne sont pas restés propres longtemps. Nous passerons sur les coupes de cheveux! L’essentiel est que les deux 2008 DKR étaient bien prêtes à affronter cette 10e étape sur 13 ainsi que nos deux équipages ! Départ donc du Chili de Calama direction l’Argentine à Salta...qui a débuté par un énorme bouchon à la sortie du bivouac pour la pose de scellés des douanes sur les camions.  859 kilomètres dont 385 de liaison pour passer la Cordillères des Andes. Assistance et concurrents ont emprunté la même route à couper le souffle. Quelques beaux virages au GPS ! Des paysages somptueux, des couleurs magnifiques, des lamas ont rythmé la matinée pour atteindre les 4980 mètres d’altitude. La grande caravane du Dakar est restée perchée à plus de 3500m toute la journée y compris les équipages lors de leur spéciale de 358 kilomètres. Une très belle spéciale avec de beaux paysages mais un peu de manque d’oxygène pour nos voitures…

 

Stage 10 : Ambiance

 

Les pilotes assez épuisés aussi ont même piqué un peu du nez en liaison s’obligeant à faire une petite pause sur le bord de la route. Puis moment sympa aussi sur une aire avec le seul troquet à des kilomètres à la ronde totalement envahi par les concurrents et leur assistance. En 20mn les propriétaires ont très certainement servis plus de cafés qu’au cours de la dernière année ! Un peu de désordre mais une excellente ambiance entre les concurrents qui prennent un peu le temps de se raconter leurs aventures à 3 jours du but.

 

Stage 10 : Ambiance

 

La fatigue et le rythme ont bien repris le dessus. Nous gardons encore toute l’énergie possible pour aller au bout et revoir Buenos Aires avec nos deux voitures. Stéphane et Cyril sont aussi dans la même optique. On apprend tous les jours. Il y a tellement de choses à penser, à revoir et à prévoir. Le Dakar est une « machine ». Il est impossible de tout prévoir à l’avance. La preuve, vous passez d’une étape à près 70 degrés dans l’habitacle à une étape de montage avec le manque d’oxygène, le vent de sable, le froid et depuis hier la pluie accompagnée d’énormes orages. Notre arrivée sur Salta a été impressionnante avec une pluie diluvienne, des inondations et un vent qui a contraint ASO à revoir son organisation. Le catering a été évacué en raison des tentes qui commençaient à s’envoler. Le direct de France TV a dû être annulé et tout le grand barnum de la télévision avec les salles de montage ont dû être protégés et rangés. Vous n’aurez donc pas la minute sensation du jour ! C’est dans un bivouac ressemblant à une piscine municipale que nous avons récupéré ce soir les deux voitures et que l’équipe technique œuvre. Prochaine étape demain avec un nouveau départ à l’aube cette fois pour rejoindre Termas Rio Hondo où selon les dernières infos météo le mauvais temps nous attend encore.

Dans la même rubrique

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus X