Peugeot relève un nouveau défi de l’extrême26/03/2014 - 14:30

266 Vues
Road to Dakar 2015 01-18 janvier 2015
Après avoir établi un record phénoménal dans la course la plus haute du monde en dévorant les 20 km de Pikes Peak en un peu plus de 8 minutes, Peugeot Sport, Red Bull et Total s’attaquent à un nouveau défi de l'extrême : les 10 000 km du rallye raid le plus long et le plus difficile au monde ! Dès 2015 et après 25 ans d’absence, le lion sera prêt à rugir de nouveau sur le Rallye Dakar avec des dompteurs prestigieux nommés Carlos Sainz et Cyril Despres.
Le retentissant record établi en juin dernier est encore dans toutes les mémoires. Il n’aura pas fallu plus de 8’13’’878 pour raviver chez Peugeot toutes les sensations que procure la victoire. Après une telle démonstration de savoir-faire sur la route escarpée et piégeuse de Pikes Peak, l’équipe Peugeot Sport ne pouvait pas se contenter d’un tel coup ponctuel. Il lui fallait nourrir son esprit de compétition avec de nouveaux défis. C’est chose faite. Dans la foulée de l’intense aventure vécue dans le Colorado, à 4301 mètres d’altitude, Peugeot Sport, Red Bull et Total s’attaquent à de grands espaces d’une autre nature. Ceux qui servent de théâtre au plus éprouvant des rallyes raids : le Dakar. Il s’agit presque d’un retour aux sources pour l’équipe française puisqu’elle a déjà triomphé à quatre reprises dans cette épreuve entre 1987 et 1990 avec les mythiques 205 T 16 Grand Raid et 405 T16 Grand Raid, écrivant au passage une partie de la légende de cette discipline. Bien sûr, entre-temps, les dunes africaines ont laissé place aux pistes d’Amérique du Sud, tout aussi éprouvantes pour les hommes et les mécaniques. C’est sur ce terrain que, 25 ans après sa dernière participation, le Team Peugeot Total relèvera le défi à partir de janvier prochain avec une nouvelle arme, la 2008 DKR. Après un sprint de 20 kilomètres sur une route bitumée, c’est désormais un marathon de deux semaines et de 10 000 km qui va focaliser les forces vives de Peugeot Sport dont la polyvalence a déjà été mise à l’épreuve par le passé. Ce programme s’inscrit sur plusieurs années et, si le Dakar demeure bien sûr l’objectif prioritaire, Peugeot participera à d’autres épreuves afin de se préparer au mieux. Carlos Sainz et Cyril Despres seront les deux fers de lance de l’équipe. Victorieux en 2010, Carlos Sainz apportera toute son expérience et sa science de la mise au point alors que la référence des motards Cyril Despres, cinq fois vainqueur en moto, a choisi Peugeot pour entamer une nouvelle carrière en passant de deux à quatre roues. En attendant janvier prochain, ces deux pilotes s'impatientent déjà de découvrir leur nouveau fauve, concocté par la même équipe qui a développé la 208 T16 Pikes Peak. Rendez-vous au Salon de Pékin, le 20 avril prochain, pour en savoir plus sur cette lionne.

Peugeot au Dakar : le goût de l’aventure

Quatre participations, quatre victoires. L’engagement de Peugeot au Dakar pourrait se résumer à cet énoncé aussi froid qu’impressionnant. Ce serait pourtant oublier les péripéties – parfois invraisemblables - traversées par l’équipe Peugeot tout au long des 48 125 km parcourus entre 1987 et 1990… 1er janvier 1987. Tout est réuni pour faire de cette première participation de Peugeot au « Paris-Alger-Dakar » une véritable démonstration de force. Ari Vatanen prend le départ au volant d’une 205 Turbo 16, frappée d’un emblématique n°205. Le scénario idéal pour porter haut les couleurs du modèle fétiche de la marque. Malheureusement, lors du prologue de Cergy-Pontoise, la 205 est sérieusement endommagée et le pilote vedette de Peugeot pointe à la… 274e place du classement ! Avant même d’avoir pu poser une roue sur le continent africain, le Dakar révèle sa véritable nature à une équipe pourtant rodée aux aléas des rallyes. Shekhar Mehta en a la confirmation quelques jours plus tard lorsque d’inexplicables problèmes moteur contrarient la bonne marche de la 205 T16 avec laquelle il mène l’épreuve. Heureusement, grâce à une remontée fantastique, Ari Vatanen prend le relais et offre à Peugeot sa première victoire après 13 000 km de course ! L’édition 1988 ne fera que confirmer le caractère imprévisible du plus célèbre des rallyes raids. Alors que les deux 405 T16 portent les espoirs de Peugeot, une incroyable péripétie bouleverse les plans du directeur du team Jean Todt. Après treize étapes disputées, Ari Vatanen arrive à Bamako en leader mais sa 405 T16 est dérobée dans la nuit ! La voiture est finalement retrouvée mais trop tard… Le Finlandais est disqualifié et la victoire revient à la 205 T16 de Juha Kankkunen, censé assurer l’assistance rapide ! La 405 T16 Grand Raid connaîtra tout de même le succès. Dès le début de l’édition 1989, les deux équipiers Ari Vatanen et Jacky Ickx se livrent à un duel sans pitié. Désireux de ne pas prendre le risque de ruiner le succès de Peugeot, le directeur de l’équipe prend, à Gao, la décision de départager ses duettistes à pile ou face ! Désigné par le sort, Ari Vatanen s’impose… malgré deux tonneaux. En 1990, alors qu’il mène avec deux heures d’avance, le Finlandais connaît une étape pour le moins mouvementée entre Niamey et Gao. Sur ce tronçon qui fait la part belle à la navigation, son copilote est indisposé, son compas est en panne et Ari heurte… un arbre qui perce un grand trou noir dans la carrosserie de la 405 ! Pas de quoi affoler le Finlandais qui permet tout de même à Peugeot de rafler son quatrième succès consécutif.

Quatre questions à Maxime Picat, Directeur Général de Peugeot

« Nous viserons la victoire sur le Dakar dès 2015 » Qu’est-ce qui motive ce retour de Peugeot sur le Dakar ? Maxime Picat : « Il est clairement lié à la victoire que nous avons remportée l’année dernière à Pikes Peak. Nous avons vécu un moment très fort là-bas. Ce fut une opportunité de montrer au monde toutes les capacités de l’équipe Peugeot Sport associée à Total et Red Bull. Cette victoire nous a donné des ailes et nous a incités à franchir une nouvelle étape en compétition ensemble. Nous avons alors décidé de nous engager davantage en compétition. D’où ce retour sur le Dakar ». L’approche de Peugeot sur le Dakar se veut-elle aussi ambitieuse que sur l’opération Pikes Peak ? Maxime Picat : « Nous avons réussi notre coup à Pikes Peak en mêlant un pilote exceptionnel, une équipe technique remarquable et une voiture au meilleur niveau. Nous retournons au Dakar avec des ambitions et nous allons de nouveau monter une équipe avec tous les talents et les compétences nécessaires. Notre démarche est de réunir ces éléments pour l’année prochaine. Nous nous dirigeons vers une stratégie de plus long terme sur le Dakar que sur Pikes Peak. Nous serons présents plusieurs années. Nous savons que c’est une compétition très difficile mais nous viserons néanmoins la victoire dès la première année en 2015 ». Le Dakar représente-t-il une valeur particulière pour Automobiles Peugeot ? Maxime Picat : « Nous sommes ravis de retourner sur le Dakar car cette compétition a de grosses retombées à travers le monde. L’épreuve est très connue en Europe mais aussi sur des marchés aussi importants que l’Amérique du Sud ou la Chine. Elle a lieu en Amérique du sud, et particulièrement en Argentine où nous avons une position forte et une longue histoire ». Pourquoi le choix de 2008 ? Maxime Picat : « 2008 est porteur d’image sur tous les continents. C’est le dernier né des Crossovers, commercialisé avec succès en Europe et lancé en Chine et Amérique latine en 2015. 2008 DKR était donc tout désigné ».

Trois questions à Bruno Famin, directeur de Peugeot Sport

« Nous sommes très fiers d’avoir Carlos et Cyril dans l’équipe » Peugeot Sport s’est construit un superbe palmarès sur le Dakar. Est-ce un capital sur lequel l’équipe peut s’appuyer pour relever ce nouveau défi ? Bruno Famin : « Beaucoup de choses ont changé sur le Dakar en vingt-cinq ans. Néanmoins, la façon de concevoir une voiture est toujours la même. Nous avons encore un certain nombre de données qui datent de cette époque-là et que nous pouvons réutiliser. Et surtout, nous avons accumulé une énorme expérience dans la conception de voitures de rallyes. Même si rallyes et rallyes-raids diffèrent un peu, l’approche et le savoir-faire sont exactement les mêmes. Et ce savoir-faire, nous l’avons. » Sur quels critères avez-vous choisi les pilotes ? Bruno Famin : « Tout d’abord, nous sommes très fiers de pouvoir compter sur deux immenses talents comme Carlos et Cyril dans l’équipe. Ils ont des profils très complémentaires. D’un côté, Carlos a un palmarès incroyable et il est réputé pour être un excellent metteur au point. Partout où il est passé, il a contribué à faire des voitures gagnantes. Son expérience va être un vrai plus pour l’équipe. Son enthousiasme et son envie de gagner sont tout aussi extraordinaires. De l’autre côté, nous avons Cyril qui a aussi un palmarès impressionnant en moto et qui va découvrir le monde de la voiture. Avec la bonne entente que nous avons pu détecter dès le début entre ces deux pilotes, je suis sûr que Cyril va vite être compétitif. » Comment a réagi le personnel de Peugeot Sport à ce retour ? Bruno Famin : « La réaction des membres de l’équipe Peugeot Sport a été très bonne. Déjà, l’annonce d’un programme sur le moyen terme est une excellente nouvelle après les années difficiles que nous avons connues récemment. De plus, le Dakar fait partie intégrante de l’histoire de Peugeot et tout le monde est très fier d’être impliqué à nouveau dans un tel programme. D’ailleurs, nous avons encore quelques membres de l’équipe qui ont participé à cette aventure. L’un d’eux travaille même déjà sur ce projet. »

Trois questions à Carlos Sainz :

« Je ne peux résister à un tel appel » Qu’est-ce qui vous a convaincu de rejoindre Peugeot ? Carlos Sainz : « C’est une marque contre laquelle j’ai souvent bataillé. J’ai donc pu constater durant toutes années que ce sont des équipes vraiment passionnées par la compétition et que, quand ils décident de faire quelque chose en sport automobile, ils le font à 100 %. Je partage cette philosophie. Compte-tenu de mon attachement au Dakar, il est clair que si Peugeot revient dans cette épreuve et m’offre l’opportunité de faire partie de cette aventure, je ne peux résister à un tel appel ». Peugeot n’a pas couru au Dakar depuis 25 ans, pensez-vous que ce soit un handicap ? Carlos Sainz : « Je ne crois pas car Peugeot n’a jamais cessé de construire des voitures de course au plus haut niveau, que ce soit en rallye ou en endurance - même encore aujourd’hui, comme le montre la 208 T16 R5 de rallye. De mon côté, j’ai aussi gagné le Dakar. Je vais apporter toute mon expérience récente de l’épreuve que j’ai disputée avec des quatre roues motrices et deux roues motrices. Nous sommes prêts à relever le défi ». Pensez-vous que l’équipe puisse être compétitive rapidement ? Carlos Sainz : « En sport automobile, rien n’est jamais garanti. Aujourd’hui, le niveau sur le Dakar est très élevé. Gagner n’est vraiment pas facile. Je suis toutefois très confiant car je sens une équipe très motivée. Nous allons travailler dur pour essayer de gagner. Nous n’avons pas beaucoup de temps avant notre première participation mais je suis confiant ». Carlos Sainz en bref Né le 12 avril 1962 à Madrid (E). Vit à Madrid (E). - 1 victoire au Dakar (2010) - 7 participations au Dakar : 1 victoire, 1 troisième place (2011), 1 neuvième place (2007), 1 onzième place en 2006, 3 abandons (2009, 2013, 2014) - Vainqueur de la Coupe du monde des rallyes-raids 2007 - Double champion du monde des rallyes (1990, 1992), 4 fois vice-champion du monde - 26 victoires en championnat du monde des rallyes

Trois questions à Cyril Despres

« Une nouvelle vie commence pour moi » Vous avez une carrière de motard couronnée de succès, avec notamment cinq victoires au Dakar. Pourquoi avoir décidé de passer sur quatre roues ? Cyril Despres : « L’idée est venue naturellement. Quand on dispute un Dakar à moto, on se retrouve une dizaine d’heures seul au guidon et on a le temps de réfléchir. Pendant le dernier Dakar, j’ai eu un déclic. Par chance, Peugeot et Red Bull m’ont proposé cette incroyable opportunité. J’en suis très fier. Je ne me suis pas posé 36 questions. C’est un rêve qui se concrétise pour moi et une nouvelle vie qui commence ». Comment abordez-vous ce nouveau défi ? Cyril Despres : « Je suis conscient que j’ai une chance énorme de rentrer dans le monde de l’auto par la grande porte, dans une équipe aussi compétitive et professionnelle que Peugeot. Je ne suis pas sûr que j’aurais fait le grand saut pour une autre équipe. J’ai encore en tête les images des Peugeot gagnant le Dakar lorsque j’étais enfant… Je suis tellement impatient de monter dans la voiture à mon tour ! » D’autres motards l’ont aussi emporté sur quatre roues. Quelle est votre ambition ? Cyril Despres : « Mon objectif sera dans un premier temps d’apprendre et d’aider. Dans une équipe comme Peugeot et avec un équipier comme Carlos Sainz, je vais pouvoir progresser. C’est motivant. J’ai une véritable envie d’apprendre comment fonctionnent et se pilotent ces voitures, comment travailler avec un copilote. Partager autant de temps avec un navigateur va être une expérience différente car j’ai l’habitude d’être seul depuis quinze ans ! » Cyril Despres en bref Né le 24 janvier 1974 à Fontainebleau. Vit en Andorre. - 5 victoires au Dakar en moto : 2005, 2007, 2010, 2012 et 2013 - 14 participations au Dakar en moto : 5 victoires, 3 deuxièmes places (2006, 2009, 2011), 1 troisième place (2004), 2 quatrièmes places (2003 et 2014), 1 treizième place (2001), 1 seizième place (2000) et un abandon (2002) - Champion du monde des rallyes tout terrain 2003 - Champion du monde d’enduro par équipe en 2001

Dans la même rubrique

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus X